Ljotur

07 juin 2012

Nightwish - Imaginaerum

nightwish_imaginaerum   Et bien et bien, cela fait déjà plus d'un an que je n'ai rien posté ici. L'envie m'en prend, donc voilà, hop, petite critique de CD.

Et pas n'importe quel CD, Imaginaerum par Nightwish, les maîtres du métal symphonique (après Rhapsody parce que bon, faut pas déconner non plus). Un album qui était très attendu, Dark Passion Play n'ayant pas totalement convaincu. Mais je ne me lancerais pas dans des explications du pourquoi du comment ni dans des débats houleux Anette/Tarja, car je n'y connais rien vu que je n'ai écouté aucun album avec Tarja.

 

   Bon, et bien commençons par un décorticage chanson par chanson de cet album.

   La pièce s'ouvre donc sur un bruit de boîte à musique que l'on remonte, puis sur la musique sortant de cette boîte. Musique envoûtante qui résonne comme un appel. Un appel à entrer dans l'univers d'Imaginaerum, appuyé par la voix de Marco chantant en Finlandais. Appel (nommé Taikatalvi) on ne peut plus efficace.

   Sans coupure aucune, la mélodie enchaîne avec Storytime, single révélé un peu avant que l'album sorte. Avec une mélodie efficace et un rythme entraînant, ce morceau mérite bien son statut de single. Il véhicule une ambiance très caractéristique et extrêmement plaisante de cirque macabre (un peu comme, à mon sens, A Little Piece of Heaven).

   Puis nous voilà avec Ghost River nous révèle une montée en puissance au fur et à mesure de l'écoute, notamment grâce à l'ajout de choeurs d'enfants.

   Une fois Ghost River achevé, nous voici en présence de Slow, Love, Slow, morceau pour le moins étonnant. Pourquoi étonnant ? Car il s'agit de jazz. Et oui, Nightwish nous fait du jazz. Ce qui n'est absolument pas pour me déplaire. J'adore le jazz, et je n'en écoute que trop peu. D'autant que la pièce est très bien maîtrisée.

   I Want my Tears Back est la chanson résolument m-m-m-m-métal (comme diraient certaines personnes de ma connaissance) de l'album, mais du métal lorgnant du côté de Korpiklaani, avec des instruments celtiques. Et tout ce que je peux vous dire c'est qu'elle est extrêmement efficace.

   Puis vient Scaretale. Morceau le plus "malsain" de l'album, avec ses choeurs d'enfants et son alternance violence/joie, comme pour souligner l'innocence cruelle dont l'enfance est faite. La voix d'Anne se tord et se tend de façon magistrale, la musique est changeante, comme prise de folie... C'est un morceau qui parvient parfaitement à véhiculer des émotions, et qui est donc des plus réussis.

   Et voici Arabesque, morceau entièrement instrumental qui résonne comme les tambours de guerre d'une armée lancée à la charge.

   Turn Loose the Mermaids fait office de parfait contrepoids. Une chanson magnifique, planante. Tuomas dit s'être inspiré de Walking in the Air. Et c'est totalement réussi. La chanson irait parfaitement avec l'extrait. Et on se sent vraiment marcher dans les airs. Un moment de pure plénitude.

   Vient ensuite Rest Calm, qui ne révèle toute sa puissance qu'à partir de l'ajout des choeurs d'enfants.

   Puis voilà The Crow, the Owl and the Dove, très beau morceau acoustique (tout du moins au début) qui fait office de second single et qui a par ailleurs fait l'objet d'un concours.

   Nous voilà désormais en compagnie de Last Ride of the Day, la meilleure chanson de l'album selon moi. C'est une chanson qui représente le dernier tour de manège que l'on effectue le soir dans un parc d'attractions, juste avant que tout ne s'éteigne et redevienne immobile (avant que, tel un phénix renaissant de ses cendres, tout reprenne vie le lendemain). Elle représente le bonheur et la nostalgie de la journée, ce dernier moment d'extase avant de revenir au quotidien. Et le message passe extrêmement bien, en particulier durant les quelques phrases précédents le refrain, belles à donner des frissons...

   Puis voici la fin. Song of Myself. Le morceau commence de façon assez entraînante, avec des bons rythmes, en particulier lors du refrain. Puis il s'adoucit durant sa quatrième partie, nommée Love. Progressivement, la musique s'adoucit, le rythme ralentit, les instruments se font moins violents... Puis commence une douce plainte, une élégie. Ce n'est plus du chant, mais de la narration accompagnée d'une mélodie. Narration assurée par de nombreuses personnes différentes. Et quelle narration... Je vous conseille vivement d'aller lire les paroles ou, si vous avez du mal avec l'anglais, la traduction. C'est de la poésie à l'état brut. Les phrases sont magnifiques, la mélodie les dessert de manière magistrale. Puis, au bout d'un moment, la musique s'arrête. Mais un homme continue de prononcer quelques phrases, tout en marquant de longues pauses entre chaque. Et c'est de cette manière que nous nous apercevons que c'est terminé. Cet homme est le gardien du parc d'attraction Imaginaerum, et nous reconduit à la sortie. Nous sortons donc du parc, apaisés, émus, pleins de souvenirs de ce magnifique voyage...

   Voilà. En théorie, c'est terminé. Mais en pratique, pas totalement. Il reste une dernière chanson. Elle est nommée Imaginaerum, et consiste en un medley des mélodies de tous les autres morceaux de l'album, mais en version orchestrale. Et c'est extrêmement efficace. La partie avec la mélodie de Storytime au violon en particulier, purement et simplement orgasmique.

 

   De par son atmosphère, sa capacité à faire ressentir des émotions, à transporter l'auditeur dans un autre monde, celui d'Imaginaerum, et le génie de sa composition et de son interprétation, cet album se hisse au rang d'oeuvre d'art. En parlant de ça, un film est prévu. Un film tiré d'un album est un fait rarissime, du moins à ma connaissance. Le seul autre groupe qui a fait ça, toujours à ma connaissance, est Pink Floyd, avec The Wall. Inutile de vous dire que j'attend beaucoup de ce film. J'espère vraiment qu'il réussira à reproduire l'atmosphère et la beauté de l'album. Mais j'ai confiance en Nightwish, et je n'en doute pas une seconde.

305579_411158858917910_123660939_n

 

 

Posté par Ljotur à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 mai 2011

Skaradams


25595741 avatar_large  Voilà. Tout un article pour parler de Skaradams.

  Donc, tout d'abord, une (très) brève présentation.

  Skaradams est un testeur de jeux vidéo et un Walkthrough Maker qui poste ses vidéos sur Dailymotion.

  Et c'est lui qui, avec son test de McDonald Land, m'a fait découvrir le monde des testeurs, et, encore mieux, le monde du retrogaming grâce à l'émulation. En effet, bien qu'ayant possédé une NES dans ma plus tendre enfance, j'étais loin de me douter qu'il y avait moyen d'y jouer sans en racheter une (ce que j'ai fini quand même par faire, parce que l'émulation ça va bien 5 minutes mais rien ne remplace la sensation d'avoir une vraie manette en main).

  Skaradams est, dans le domaine des jeux vidéo, une idole, un mentor, un père spirituel. J'allais ajouter "un Dieu", mais non, je ne le déifierai que lorsqu'il aura fait le walkthrough de McDonald Land.

  Skaradams fait d'excellentes vidéos, il a une voix très agréable à écouter, il est très calme, même quand il s'énerve il est calme.

  Et voilà, je pense que c'est tout... Ah non, c'est aussi son anniversaire aujourd'hui et j'ai donc fait une vidéo exprès pour lui, que vous pouvez voir ci-dessous.

  Voilà, donc pour le mot de la fin, si tu me lis Skaradams, je te dis Joyeux Anniversaire, et pour les autres allez voir ses vidéos.

 

 

Posté par Ljotur à 10:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 mars 2011

Cauterize - Disguises

cauterize2  On commence par une critique de CD. Disguises, un CD composé par Cauterize, un groupe très méconnu, mais néanmoins excellent (et, accessoirement, mon groupe favori).

   Bon revenons en au CD. Je n'irai pas par quatre chemins. Ce disque est une tuerie. 43:17 de  pur  bonheur. Les sons de cet album sont assez divisés, avec des chansons qui ont un rythme très rapide  avec des guitares électriques saturées (Love in the Attic, Tremble), d'autres qui sont exactement le contraire, c'est-à-dire des chansons acoustiques et qui ont un rythme lent (Porcelain, Paper Wings) et enfin certaines qui mixent les deux, avec des parties rapides et des parties lentes (Don't Stop Now, Slivers), pour un résultat que je trouve excellent. En bref, il y a une diversité dans ce disque, et ce n'est vraiment pas pour déplaire.

  Maintenant que j'ai parlé de la mélodie, passons aux paroles. Eh bien, les paroles parlent d'amour. De l'amour dans toutes ses formes. L'amour pur (Love in the Attic), le changement de caractère pour plaire (Closer), la première fois (Don't Stop Now), l'amour dans la mort (Minor Key Symphony, Miracles or Medicine), l'amour obligé qui aboutit au meurtre (Dare You to Scream), le crime passionnel (The Devil in Lace, Tremble), l'amour à travers le temps (Porcelain), l'amour qui s'est essoufflé au bout d'un moment (Slivers) et l'amour père/fille dans la mort (Paper Wings). Et, naufragé au milieu de cette tempête de chants d'amour, une chanson qui parle du beau temps (Wake to the Sun). A moins que cette chanson ne soit qu'une métaphore d'un couple qui n'a pas une relation de très bonne qualité et qui doit l'améliorer afin de "S'élever vers le Soleil", c'est à dire atteindre l'extase. Mais ce n'est pas sûr que ce soit ce que le groupe voulait dire. Si cette chanson est prise au premier degré ça donne "Il fait moche, cassons nous". Hum... Je sais pas pour vous, mais moi je préfère mon interprétation...

cover4254_29271  Bon, il faut bien que je trouve un point faible à ce CD... C'est dur... Mais bon, j'ai trouvé. En fait, si vous connaissez la discographie du groupe, vous devez savoir que Disguises est précédé par l'album Paper Wings. Et bien Disguises reprend 8 des 12 chansons de Paper Wings, en les modifiant un petit peu (Ils ont ajouté la batterie pour la chanson Paper Wings et ont enlevé quelques phrases pour la chanson Closer). Et donc, si vous achetez les deux albums, vous vous faites un peu entuber, car il n'y a que 4 chansons inédites. Mais, de toutes façons, Paper Wings est introuvable.

 cauterize4 A propos, Cauterize a aussi sorti un EP de Disguises, nommé Unmasked, qui reprend trois chansons de Disguises (Don't Stop Now, Minor Key Symphony, Closer) et deux de Paper Wings (My Favorite Patient, Why This Last Dance), pour un résultat vraiment magnifique, à en mettre la larme à l'œil... Mais malheuresement cet EP était seulement inclus avec Disguises pour ceux qui l'avaient précommandé... Et il est donc introuvable aujourd'hui. Pour l'écouter, il faut passer par Youtube.

   En conclusion, c'est un disque que je conseille à toutes personnes aimant les sons rapides et électriques, ou aimant tout simplement les chansons qui parlent d'amour. Et, mine de rien, avec tous les liens, je vous aurais permis d'écouter tout l'album gratuitement, sans même faire d'efforts de recherche ! Merci qui ?

  Et si vous écoutez ou mieux, achetez l'album, dites-moi ce que vous en pensez, ça me ferait très plaisir.

Posté par Ljotur à 19:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,